Laurent BRACHET s’engage !

Message personnel de
Laurent BRACHET

Ne nous y trompons pas : être Président dans une « petite «  fédération comme la nôtre qui ne dispose pas des structures, des ressources humaines et des moyens d’une grande fédération, n’est rien d’autre qu’un travail à temps complet, voire plus.

Laurent BRACHET, Président de la Fédération Française de Hockey

Chères Présidentes, Chers Présidents, Chers Amis, Cher Jean François.

Courant octobre, je vous avais informé de ma décision de ne pas présenter, pour des raisons personnelles, ma candidature aux prochaines élections de la Fédération. Depuis plusieurs mois, je m’étais cependant efforcé de mobiliser et rassembler plusieurs personnes sur une liste unique autour d’un projet.

Je n’y suis pas parvenu et j’ai donc pris acte, courant octobre, de la candidature de Jean François Boyer, suivie de celle d’Isabelle Jouin, et de la dispersion de mes soutiens dans les deux équipes.

Compte tenu, d’une part, du ralliement de mes plus fidèles et loyaux soutiens à l’équipe de Jean François Boyer, et, d’autre part, de nombreuses divergences de vue avec Isabelle Jouin dont  l’engagement à mes côtés ne m’était d’ailleurs toujours pas acquis au moment de mon renoncement, j’ai informé Isabelle Jouin dès le 28 Octobre que je ne soutiendrai pas sa candidature.

Si je regrette la confusion entretenue par certains supporters d’Isabelle Jouin continuant à revendiquer mon soutien à sa liste, ces derniers jours encore, ce courrier lève à présent toutes les ambigüités : je suis ravi de vous annoncer que je soutiens sans réserve et avec beaucoup d’enthousiasme Jean François Boyer, son équipe et son projet.

Pendant la courte campagne qui s’ouvre à présent et dans la perspective du fabuleux défi olympique qui nous attend tous, Jean-François Boyer saura vous convaincre de la pertinence de son projet et de la force de son équipe pour apporter enfin au hockey français la place qu’il mérite dans l’environnement du sport français ; celle d’un des sports les plus pratiqués au monde.

Jean François sera un excellent président qui saura rassembler au-delà des élections et tendre la main à toutes les bonnes volontés, avec toute la hauteur de vue nécessaire et la bienveillance qui le caractérisent.

J’ai entière confiance dans sa capacité à inspirer le hockey français et réussir enfin le pari du développement. Les JO sont une opportunité historique que nous devons saisir tous ensemble. Cette chance ne se représentera pas de sitôt…

Voici, en quelques mots, pourquoi j’accorde toute ma confiance à Jean François et son équipe.

Une équipe performante

Jean François s’est entourée d’une équipe performante avec de très fortes personnalités pleinement mobilisées et disponibles, et dont l’excellence des parcours dans le monde de l’entreprise vont apporter de très fortes compétences à la Fédération et au service de tous les Clubs, Ligues, et Comités Départementaux.

Une équipe qui ne sera pas une addition d’individualités mais se comportera comme un vrai collectif à la hauteur des attentes et ambitions du hockey français : rassembler et mobiliser les clubs, ligues et comités départementaux par une écoute sincère et active de leurs dirigeants.

Une équipe qui, au-delà de l’intégration de nouveaux talents, saura faire confiance à quelques anciens parfaitement rôdés au fonctionnement si particulier d’une fédération et qui pour avoir déjà travaillé sur des dossiers complexes avec le Ministère, l’ANS, la DTN, la FIH et l’EHF permettront d’accélérer la période de transition toujours difficile à mener pour une équipe nouvelle et inexpérimentée, peu familiarisée aux arcanes et subtilités d’un fonctionnement fédéral tellement particulier.  

Les JO c’est déjà demain et il n’y a pas de temps à perdre !

Un tandem avec le nouveau DTN

Il appartiendra à Jean-François et son équipe de vous présenter leur programme, mais je sais que pour avoir participé et soutenu activement l’élaboration puis la mise en œuvre du Plan Ambition Hockey 2024, il en maintiendra le cap stratégique tout en priorisant les actions pour ne pas disperser nos forces et moyens limités.

Je suis convaincu que sa longue expérience de terrain sera là encore un atout considérable pour s’assurer que la stratégie déployée et le plan d’actions seront en phase avec vos attentes. Je sais aussi que si Jean-François appréhende parfaitement les exigences de la Haute Performance et l’importance de réussir sportivement les JO de Paris en 2024, il orientera très fortement la stratégie fédérale sur les actions de développement au service des clubs, en privilégiant, comme indiqué précédemment, la structuration indispensable des Ligues et Comités départementaux.

Et comme dans toute fédération, il n’y peut y avoir de succès sans une entente parfaite entre le Président et son DTN. Ceci a été un point maintes fois débattu en amont de mon renoncement et un point de divergence majeur avec certains de mes ex futurs colistiers. En revanche, concernant Jean-François Boyer, je n’ai absolument aucun doute sur la solidité du tandem qu’il formera avec notre nouveau DTN, Jean-Marc Pocholle. Ils sauront œuvrer dans le respect mutuel des prérogatives de chacun mais toujours dans l’intérêt du hockey français et de ses clubs, loin des polémiques stériles qui ont empoisonné notre fédération.

Ce tandem constituera, j’en suis convaincu, une force  inspirante pour tout  le hockey français.

En ce sens la nouvelle organisation de la DTN présentée par Jean Marc Pocholle lors du dernier comité directeur de la FFH renforce et confirme en tous points les orientations défendues par Jean François aussi bien sur le volet Haute Performance que sur le volet Développement, qui sera considérablement renforcé.

La disponibilité et la proximité
Dans la perspective des JO de Paris en 2024, les exigences et contraintes qui s’exerceront sur le Président de la FFH seront très lourdes, et nécessiteront de sa part , et quelle que soit la qualité de l’équipe qui l’entoure et de la gouvernance mise en place, une présence et un engagement de tous les jours pour représenter la FFH et répondre à toutes les obligations du Ministère , du CNOSF, de l’ANS, de la région Ile de France, des partenaires, du département des Hauts de Seine (92), de la Ville de Colombes (théâtre des épreuves olympiques de hockey), du COJO , de la FIH, tout en restant en même temps disponible et en permanence à l’écoute des clubs, au cœur de la stratégie de développement de la FFH !
Avec son statut de jeune retraité et un domicile parisien, Jean François Boyer offre cette garantie de disponibilité totale et de proximité géographique indispensables pour réussir dans la fonction de Président. Autre atout de Jean François au service de la FFH : son réseau. De par ses fonctions, Jean François a su développer ces dernières années un réseau important au sein des différentes institutions, en particulier avec l’ANS qui est le partenaire n° 1 de la FFH, mais aussi avec le CROS et quelques élus politique. Ce réseau est indéniablement un atout important pour la mise en œuvre du projet fédéral avec la perspective de l’organisation des JO à Paris en 2024, et un atout capital, au regard de la situation financière de la FFH qui nécessitera des interventions importantes auprès de nos partenaires dès le lendemain des élections.
L’expérience
Jean François a été tour à tour Président de Club, de Ligue et de Comité Départemental et il en connaît toutes les difficultés. Celles des « grands clubs », comme celles des petits clubs qu’il a largement contribué à créer en Ile de France et dont il connaît aussi la fragilité. Il connaît aussi parfaitement le fonctionnement et les rouages de la fédération grâce à son dévouement et son engagement fédéral ces dernières années. Grace à cette expérience et cette vision à 360° des problématiques de terrain, Jean François a maintes fois exprimé des regrets sur la distance entre la FFH et ses Clubs. Mais au-delà du simple constat il sait que « Réussir Avec les clubs » ne doit pas être qu’un slogan ou qu’une déclaration d’intention. Réussir avec les clubs, c’est aussi et surtout diminuer la distance qui les sépare de la FFH en redynamisant les ligues et les comités départementaux qui sont les courroies de transmission indispensables pour réussir le pari du développement. Cet enjeu de la structuration fédérale est absolument fondamental pour rapprocher FFH et Clubs, et requiert un effort commun de tous les dirigeants. L’expérience incomparable de Jean François en la matière sera un atout considérable pour mener à bien ce projet.
Previous
Next
Je me porte suppléant sur la liste de Jean-François BOYER

Pleinement confiant dans leur engagement, dans leur capacité à mobiliser et à rassembler le hockey français pour réussir avec les clubs les JO de Paris et le développement du hockey français, je remercie Jean François de m’avoir proposé de rejoindre son équipe pour y apporter ma contribution, humblement et modestement.

En attendant de pouvoir apporter mon expérience et de me rendre utile sur la mission qu’on voudra bien me confier, j’ai accepté de me porter suppléant sur sa liste.

Ma présence rassurera nos partenaires auprès de qui nous avons retrouvé un niveau de confiance important mais encore fragile et qui repose sur l’ambition et la passion que nous inspirons, sur les engagements que nous avons pris sur la base du PAH 2024, sur notre sincérité et notre humilité et sur les efforts de tous récompensés ces derniers mois par des résultats probants et remarqués de notre équipe de France masculine au plus haut niveau mondial.

En acceptant d’être suppléant sur la liste de Jean François, qui compte nombre d’amis fidèles et loyaux, je permettrai aussi à la nouvelle équipe de se mettre immédiatement au travail, sans transition, en facilitant la prise en main des nombreux dossiers en cours.

Une équipe armée pour conduire le changement

Comme moi j’espère que vous accorderez votre confiance à cette équipe solide, performante, expérimentée et impatiente de travailler avec vous, pour vous.

Cette équipe est armée pour conduire le changement que vous attendez, notamment en terme de développement, et capitaliser sur les résultats positifs de nos équipes de France indispensables pour maintenir la confiance de l’ANS, de nos partenaires, et apporter la visibilité dont nous avons besoin pour réussir la promotion du hockey en France.

J’aurais été fier de diriger cette équipe mais la vie m’a dicté d’autres choix.

Je serai très fier, à la place qui est la mienne, d’aider Jean-François et son équipe à réussir avec vous  la formidable aventure olympique.

Merci pour votre confiance.

 

Vive le hockey français !

Nous utilisons des cookies....