Editorial

Paris 2024,
une fantastique opportunité
pour faire gagner tout le hockey.

Avec Jean-François BOYER, Président candidat.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques en France sont depuis de nombreuses années une espérance. L’amour des Jeux, chaque sportif, chaque dirigeant, chaque arbitre, le déclare tous les 4 ans. 

Durant une olympiade, chacun s’active pour redorer le blason de sa discipline, remobiliser les troupes, s’octroyer une gouvernance durable et pérenniser son développement. En 2005, nous étions si enthousiastes à l’idée d’être enfin associés à cette aventure planétaire. En 2008, nous furent tous déçus. 

En 2024, nous aurons l’immense honneur d’accueillir la plus grande compétition au monde, à Paris. 

D’ici 2024, nous avons de sacrées responsabilités ; pour faire en sorte que le rêve devienne réalité, pour faire briller nos joueuses et nos joueurs, bref pour faire gagner le hockey ! Notre devoir est de nous rassembler et de retrousser nos manches à tous les niveaux avec pour seuls objectifs de nous préparer et de nous assurer que notre sport sera au rendez-vous. Notre ambition est de garantir à nos équipes de France d’être en capacité à se hisser au plus haut niveau et en même temps de nous assurer que l’héritage des Jeux sera une réussite pour accueillir des milliers de nouveaux licenciés et ancrer davantage la pratique du hockey dans le panorama sportif et éducatif. 

Pour nous dirigeants, quelles que soient la taille de notre club ou son implantation, notre rêve est de pouvoir accueillir les milliers de filles et de garçons qui auront découverts le hockey durant l’été 2024 avec notamment un encadrement disponible et qualifié pour les initier à notre sport et à ses valeurs.

Les défis qui sont devant nous sont immenses. L’implication que cela nécessite nous oblige à une totale disponibilité et réactivité. La réussite des J.O à Paris ne dépend pas uniquement de la Fédération, mais bien de notre capacité à lancer l’offensive et à sonner la mobilisation générale. 

Ma conviction c’est que notre Fédération sera celle qui rassemble, qui écoute, qui discute, qui accompagne l’exécution des décisions prises collégialement. Il n’y aura pas, dans les 4 ans à venir, la « Fédé » et les autres. Il n’y aura pas les clubs d’un côté et la « Fédé » de l’autre. Il n’y aura pas non plus « les joueurs » d’un côté, et la DTN de l’autre. Il n’y aura pas enfin les arbitres d’un côté et les joueurs de l’autre. Nous sommes une grande famille, nous devons nous écouter, nous comprendre et nous fédérer pour faire gagner le hockey.

Mon équipe et moi-même ne disposons pas de baguette magique, encore moins en cette période extrêmement difficile sur le plan sanitaire et économique. Nous sommes réalistes et pragmatiques. Je ne suis pas là pour vous faire des promesses, mais pour tenir des engagements. 

Nous avons entendu les principaux griefs formulés ; l’éloignement, l’anonymat, l’indifférence « ressentie » des dirigeants fédéraux, les amendes, les obligations, l’inquiétude sur l’état financier de la Fédération, le « tout pour le haut niveau », le départ des joueurs et joueuses vers l’étranger… et nous sommes déterminés à mobiliser nos compétences et expériences pour y répondre et associer tous celles et ceux qui pourront apporter leurs pierres à l’édifice fédéral. 

Je mesure pleinement l’urgence de la situation face à un compte à rebours bien précis. Nous n’aurons pas le temps de nous diviser, ni de tergiverser, ni continuer à commenter et à déclarer des « y a qu’à faut qu’on ». 

Notre équipe s’inscrit dans un temps long et sommes décidés à faire.

« Je ne suis pas le président sortant et je ne suis pas là pour distribuer des bons et des mauvais points. Mais nous sommes conscients que nous allons devoir accélérer sur beaucoup de sujets qui touchent au plus prêt les clubs »

Nous avons capitalisé sur nos rencontres avec des dirigeants du sport français et d’autres fédérations nationales, avec des membres de comité régionaux olympiques et sportifs, des élus, et bien sûr puisé dans les expériences des uns et des autres. 

J’ai aussi personnellement échangé avec plus de 80 personnes, arbitres, cadres techniques, salariés du siège et bien sûr avec des dirigeants de clubs, de comités départementaux et de ligues. 

Je connais le hockey, je le sers depuis de nombreuses années, notamment au sein de la section hockey du Paris Jean Bouin mais aussi à la Ligue d’Ile-de-France et au Comité de Paris. 

Nous ne pourrons pas tout réaliser, il nous faut prioriser nos efforts. Nous allons devoir mettre en ligne les moyens humains bénévoles et professionnels avec nos objectifs pour augmenter le nombre de licenciés, créer de nouveaux clubs, structurer les comités départementaux, rendre plus opérationnelles les ligues. La DTN, remaniée et renforcée, sera une alliée fondamentale dans notre stratégie. Je m’attacherais dans les premiers mois à ; 

  • optimiser les procédures de gestion pour mieux prévoir, mieux contrôler et mieux gérer tout en vous rendant compte de nos avancées, de nos difficultés et de partager avec vous nos choix, 
  • fonctionner de façon plus agile et plus fluide entre l’ensemble de nos instances,
  • mettre les clubs au cœur de nos préoccupations avec les cadres territoriaux de la DTN pour développer et professionnaliser nos structures décentralisées,
  • poursuivre le déploiement du plan de développement « Ambition Hockey 2024 » qui a fait ses preuves (70% des actions identifiées avec les clubs réalisées), 
  • accélérer les formations des entraîneurs et des arbitres,
  • donner envie de prendre le sifflet, 
  • augmenter nos ressources propres en gagnant de nouveaux licenciés et de nouveaux partenaires commerciaux, 
  • améliorer notre visibilité,
  • accroitre la féminisation de nos pratiques, 
  • déployer notre présence dans les instances internationales.

Les 13 personnalités de ma liste, les 5 élues du collège femmes et les 4 représentants des ligues sont impatients de se mettre au travail. Les 21 membres du prochain comité directeur sont animés par une même ambition, faire gagner le hockey. Les Jeux de 2024 sont une formidable opportunité et un moyen de développer notre sport. A nous, avec vous, d’en faire dès aujourd’hui un succès qui transformera durablement le visage du hockey en France. 

Merci pour votre confiance et vive le hockey.

Jean-François BOYER, président candidat.

Nous utilisons des cookies....