Clotilde LARROSE “On dit souvent que la communication de la Fédé n’est pas suffisante, comment voyez-vous les choses ? “

On dit souvent que la communication de la Fédé n’est pas suffisante, comment voyez-vous les choses ? 

Il faut cadrer un peu les débats et les aspirations. Notre approche consiste à bien distinguer les types de communication.

 D’abord, celle qui permet de gérer notre mouvement sportif. Nous avons tous noté que la distance entre la fédération et les acteurs du hockey français était trop importante pour vraiment travailler efficacement ensemble même si des progrès visibles ont pu être notés pendant la dernière mandature. Cette distance, associée à un manque de transparence sur certains sujets comme les finances conduit à de la défiance alors que nous sommes tous dans le même bateau ! 

La Covid nous aura au moins confirmé que le travail collaboratif et la communication sont possibles à distance et les nombreuses vidéo conférences que nous aurons effectuées pendant notre campagne nous confirment dans cette conviction. Nous réorganiserons notre façon de travailler en s’appuyant sur des outils comme Teams / Slack / Sharepoint de façon à être plus agile.

Les nombreux chantiers que nous allons lancer feront l’objet d’un suivi rigoureux et nous publierons l’état de l’avancement / d’efficacité de chacun afin que les instances du hockey puissent comprendre et agir avec nous pour aller plus vite.  

Notre ambition est très claire et la mandature de Jean-François BOYER sera celle de la communication adaptée, régulière et collaborative avec l’ensemble des dirigeants du hockey !

Il y a ensuite celle qui est tournée vers l’ensemble des licenciés qui doivent se sentir concernés par la vie de notre activité sportive, et surtout intéressés par son évolution. Tous pourront devenir de véritables ambassadeurs de notre sport. On doit faire vivre et transmettre notre passion pour le hockey ; joueuses, joueurs, arbitres, juges, délégués technique, entraineurs, staff médical, dirigeants… Notre job est donc de réunir les conditions et de déployer une stratégie de montée en puissance de notre communication autour du hockey. Il s’agit de faire en sorte que la communauté du hockey soit la première vitrine et le premier véhicule pour bâtir notre image et provoquer la croissance de notre notoriété. Pour ce faire, ce que j’imagine c’est de ; créer des contenus qui favorisent l’engagement de chacun avec une vraie ligne éditoriale participative et fédératrice, c’est de structurer nos messages pour illustrer que le hockey avance, c’est de valoriser la vie de tous les clubs, c’est d’animer une communauté d’hockeyeurs. On pourrait imaginer exploiter la puissance d’une plateforme collaborative à ces fins (Je pense que workplace est trop coûteux pour nous, mais il y a des alternatives intéressantes à exploiter Monday / buddypress…).

Comment allez-vous vous y prendre pour booster la visibilité du hockey ? 

Nous le savons, il y a un troisième enjeu, celui de l’attractivité de notre discipline. Le défi est énorme. Il faut se parer pour séduire et attirer des parents, des enfants, des nouveaux pratiquants, conserver aussi ceux qui ont déjà joué et veulent moins s’engager, et bien sur des entreprises.

Il faut donc qu’on réorganise notre présence digitale avec un espace intranet/communautaire qui puisse donner les clés d’une démarche similaire au principe d’employee d’advocacy. Notre site internet doit être plus dans l’air du temps avec des contenus adaptés, attrayants, dynamiques et engageants. On n’est pas mauvais, mais on peut mieux faire pour encourager et élargir la diffusion du hockey. Et pourquoi pas, réfléchir à créer notre propre média !

Notre urgence consiste à convaincre des sponsors pour avoir les moyens de notre ambition, et de nous accompagner sur une olympiade et plus.

Nous avons la chance de jouer à un sport universel spectaculaire, peu connu. Notre faiblesse peu devenir alors notre principal atout… On peut devenir un sport original ! Faire parler de nous, réaffirmer la puissance de cette grande famille, capitaliser sur nos valeurs, nos champions. On a une belle marge de progression. Et, je connais très bien les médias, et je ne suis pas la seule, on pourra s’appuyer sur plusieurs hockeyeurs qui évoluent dans cet univers pour structurer des opérations qui les attirent.  

Nous sommes convaincus de l’intérêt de penser et déployer une marque « hockey » en retravaillant nos attributs pour recruter et fidéliser nos sponsors dont nous avons tant besoin pour réussir nos objectifs et rendre chacun de nos licenciés fiers de jouer.

L’effervescence autour des J.O.P de Paris 2024 nous aidera aussi, si et seulement si, nous avons une approche structurée et partagée par le plus grand nombre pour vraiment capitaliser dessus… 

Dès le 18 Janvier, nous travaillerons dans la commission marketing et stratégie sur cette identité de marque afin de mieux définir notre offre pour inciter à la pratique du hockey. En effet, notre liste compte sur de vrais spécialistes de marketing et communication, Marc KNIGHT, Henri-Claude LAMBERT, Jean-François BOYER, et parmi nos soutiens, des professionnels à haut niveau des médias et de la communication. Avec eux et les personnes déjà engagées sur ces sujets à la fédération, nous délivrerons une feuille de route destinée à être déployée lors de la prochaine saison.  

Nous utilisons des cookies....