Christine VALENCE – Vous ambitionnez de porter le hockey féminin à 40% d’ici 2024, n’est-ce pas trop audacieux ?

1. Vous ambitionnez de porter le hockey féminin à 40% d’ici 2024, n’est-ce pas trop audacieux ? Comment allez-vous faire ?

Cela peut paraître audacieux effectivement mais lorsque les objectifs sont construits autour d’actions concrètes et adéquates, telles que supprimer les contraintes fédérales pour cumuler études et hockey ou favoriser la reprise de l’activité des mères de famille… ce n’est plus de l’audace mais du développement. 

Le développement de la pratique féminine n’est pas une mince affaire. Les jeunes filles ont un effet de groupe très important, qui induit des choix en fonction de leur environnement (amical, familial et régional). C’est pourquoi la base de ce développement est de faire entrer le hockey dans les régions puis dans les départements, à travers le scolaire. Il faut pouvoir offrir à toutes les jeunes filles la possibilité de faire du hockey proche de chez elles, avec leurs groupes d’amies, en commençant par la découverte du sport, pour les emmener vers un niveau plus élevé, accessible proche de chez elles.

Le scolaire est la clé… le sport-études est la seconde clé… Les partenariats avec des collèges, des lycées et des centres universitaires nous permettront d’ouvrir les portes d’accès à la pratique du hockey, sans devoir quitter son environnement par obligation. La Fédération doit soutenir les comités et clubs qui souhaitent s’inscrire dans cette dynamique. Il y a de nombreuses initiatives sur lesquelles nous pouvons nous appuyer, et il y a des clubs moteurs en la matière. L’expérience de chaque doit se mettre au service de tous. 

Le sport devient une discipline reconnue au niveau de l’éducation nationale, confère la future spécialité au baccalauréat, bien qu’encore expérimentale à ce jour, et le hockey doit pouvoir s’y intégrer. La Fédé se doit d’être force de proposition quant au programme de cette spécialité et faire du hockey sur gazon un sport de référence et un allier pour les études.

 

2. La Fédération va-t-elle enfin reconnaître ses anciens champions ?

La Fédé de Hockey a la chance d’avoir un vivier d’ancien.ne.s champion.ne.s et des joueu.r.se.s d’expérience avec du talent. Nous reconnaissons la dynamique qui est née en France ces dernières années. C’est une chance superbe de pouvoir compter sur une telle approche et autant d’envie de se retrouver et de porter les couleurs tricolores. Chaque joueuse et joueur des Masters doivent pouvoir continuer à performer dans le cadre de ces équipes, tant en championnat national qu’en équipes de France. Une équipe nationale EST une équipe qui représente son pays, peu importe que vous ayez 18 ans ou + de 35 ans ! Nous nous attèlerons à les accompagner pour structurer ce mouvement très positif et regarder comment nous pouvons davantage soutenir les collectifs pour avoir un réel suivi sportif et médical.

Nous utilisons des cookies....